Qu’on se le dise, ça fait plus de 6 ans que je suis (re)montée sur un vélo. Après quelques mois de VTC de 16 kilos sur le chemin de halage, un premier achat de vélo de route, mes premiers challenges, un deuxième vélo de route (un peu mieux), mon intégration au sein d’un club cyclo milanais, puis au sein d’un club cyclo lillois, de nouveaux challenges, un troisième vélo de route (après le vol du dernier), la découverte du triathlon, une première saison de triathlons… il était temps ! Temps de prendre le départ d’une première (vraie) course cycliste. C’est effrayant, certes, mais c’est à faire, au moins une fois et je vous dis pourquoi !

retouche

Parce qu’on veut faire comme les pros qu’on regarde à la télé J. Pour dire que tu as roulé en peloton, que y’avait des échappées, que y’en a qui ont décroché à l’arrière du peloton (moi par exemple)…

Parce que ça te force à augmenter ta vitesse. Les entrainements c’est bien, mais seul, avoue, c’est dur, et à plusieurs, bah, on s’attend, on discute, les routes sont ouvertes… On tape dans le dur parfois mais pas trop… Dans le peloton, t’es emmené, et perso, j’avais au bout de 10km une moyenne horaire plus que démente pour mes petites capacités de cycliste. Et comme c’est une course tu te prendras au jeu, tu voudras appuyer, jusqu’au bout et tu te surprendras. Crois-moi !

Parce que pour une fois t’es sur route fermée. Eh oui, la route à toi tout(e) seule (ou presque), pas de stop, pas de céder le passage, pas de voitures qui te doublent, et ça, ça fait du bien !

Parce que ça forge le mental. Bien sûr, en prenant part à ta première course, n’essaye pas de viser un podium. Mais si tu prends le départ, donne-toi au moi l’objectif d’accrocher le peloton le plus longtemps possible, et de finir (même seul(e)). Et tu verras, tu te surpasseras.

Parce que tu peux proposer à tout le monde de venir te voir et faire des photos. Et en plus généralement ces courses départementales se font sur circuit (pour ma part c’était 9 fois une boucle de 6.3km), alors facile à convaincre : ils te verront passer plusieurs fois et se prendront au jeu à te chercher dans le peloton (ou à l’arrière 😉 )

Parce que c’est accessible à tous. Pas de licence de cyclisme ? pas de soucis, il suffit d’un certificat médical, et d’acheter un pass journée (aux alentours de 15€). Plus d’excuse !

Attention, quand même, le peloton est un animal féroce… Avant de prendre part à ta première course, il faut déjà être à l’aise pour rouler en groupe, avoir des bons reflexes de freinage, être attentif… J’avais très peur de la nervosité du peloton, et c’est vrai, c’est nerveux et ça demande une attention à 100%. On y survit, mais il faut s’y attendre et être prêt…

Et puis entoure-toi d’un « coach ». Demande conseil à une connaissance qui a déjà fait des courses. Arriver combien de temps avant le départ, comment récupérer le dossard, quel échauffement, comment et quand manger… ? Je ne vous cacherai pas que j’avais été briefée la veille, ce qui m’a permis d’aborder ma course (un peu) plus sereinement !

A toi de rouler !